le symptôme est notre amis

Quand tu fais de la fièvre, tu augmentes ta température pour exploser les microbes.
Quand tu mouches et tousses, tu nettoies le champs de bataille.
Quand tu es faible, tu passes du mode « action » au mode « maintenance/protection/réparation ».
Quand tu transpires, tu gères la chaleur ou un tas de déchets à évacuer.
Quand t’as la courante, tu gères le besoin de dégager un poison ou une flore intestinale foireuse.
Quand tu perds tes cheveux, tu gères le manque de matières premières ou un toxique à éliminer.
Quand tu perds tes dents, tu gères l’excès d’acide dans le milieu buccal.
Quand tu vomis, tu gères un truc en trop dans l’estomac.
Quand tu convulses, tu gères un besoin d’évacuer la chaleur ou un toxique.
Quand tu tombes dans les pommes, tu gères les priorités vitales.
Quand tu t’énerves, tu gères l’excès de stress.
Quand tu déprimes, tu gères le manque de matières premières.
Quand ton cholestérol augmente, tu gères l’excès de besoin de cholestérol comme matière première de plein d’hormones et comme protecteur des vaisseaux sanguins.
Quand ton insuline augmente, tu gères l’excès de sucre.
Quand ta tension augmente, tu gères l’augmentation des besoins de sang dans le cerveau.
Quand ta tension baisse, tu gères le manque de minéraux.
Quand ta TSH monte, tu gères un manque de réaction de la thyroïde.
Quand ta t3 baisse, tu gères un manque d’énergie disponible.
Quand ça gratte, tu peux gérer un besoin d’activer la circulation.
Quand t’as froid, tu peux gérer un besoin de chaleur externe.
Quand t’as faim, tu peux gérer un besoin d’apporter des calories ou des nutriments.

Le corps humain est une merveille de technologie.

Il ne fait pas tout ce qu’on veut, juste ce qu’il peut faire avec ce qu’on lui donne…

un peu d ‘explication:

Il faut considérer le corps tout entier quand on s’occupe de n’importe quelle soi-disant « Maladie ».

Quoique les symptômes soient déplaisants, ils indiquent que l’élimination procède dans le corps. C’est une erreur colossale de chercher à les supprimer.

Voyons comment les symptômes apparaissent et comment chaque individu est responsable de leurs causes.

Le corps fonctionne avec de l’énergie nerveuse. Dans les circonstances ordinaires, le corps génère assez d’énergie par le repos et le sommeil pour accomplir efficacement ses activités fonctionnelles normales.
Toutefois, à cause des abus alimentaires malsains et des autres habitudes de la vie, l’énergie qui sort dépasse celle qui entre, à tel point qu’on devient énervé ce qui empêche le corps de poursuivre l’expulsion nécessaire des déchets du métabolisme. Alors, les toxines s’accumulent dans l’organisme.
Quand l’accumulation des déchets du métabolisme s’élève au dessus du notre niveau de tolérance nerveuse, le corps, pour se préserver, déclenche une élimination puissante pour l’abaisser, mobilisant toutes les ressources nerveuses du corps. Cette action implique divers symptômes que nous appelons «maladie». Les même symptômes aigus peuvent accompagner de très nombreux états.

Notre compte bancaire à découvert !
L’abaissement de nos énergies nerveuses est comme un avis de notre banque selon lequel notre compte est à découvert. Au lieu de déposer de l’argent sur le compte énergétique, nous accourons voir le médecin qui observe les symptômes mais ne les reconnaît pas comme étant un effort remédiant du corps. Alors il cherche à les combattre à l’aide d’antibiotiques antagonistes ou quelque autre procédure suppressive dangereuse et insensée. Or, cela augmente le niveau des toxines que la Nature dans sa sagesse suprême à cherchait à expulser.

Alors, la banque vous envoie un rappel selon quoi votre compte est à découvert. Mais quel que soit l’endroit que le corps a choisi comme porte de sortie, il est déterminé à se débarrasser des déchets d’une façon ou d’une autre.Les virus et les microbes.
Le bon sens nous enjoint de ne pas blâmer les microorganismes comme cause de nos maladies; mais de réaliser que la maladie existe tant qu’il y a une nécessité pour elle d’exister.
Tant que l’asthmatique continue à vivre de façon à engendrer des processus d’expulsion, l’asthme restera une tourmente et un effet de l’abus de l’organisme. Quand les causes sont écartées, l’asthme s’évanouira et si on adopte une vie saine, il n’y aura pas de nécessité pour qu’il revienne.
Tant que nous poursuivrons les causes de la grippe, nous accuserons le virus mythique. Tant que notre mode de vie est en violation avec les lois de la physiologie, nous devons accepter le fait que notre corps déclenche des crises périodiques pour abaisser le niveau des toxines (toxémie).
En outre, nous devons réaliser que quel que soit le nom donné à ces crises: rhume, grippe, amygdalite, hépatite, sida, herpès ou tout autre nom, c’est tout la même chose !

Il faut donc être sage pour arrêter le mode de vie malsain qui gaspille les énergies nerveuses nécessaires au bon fonctionnement de votre organisme, comme une machine bien huilée.
Que personne ne le sache pas, que les médecins non plus ne le savent pas, ce nettoyage est un mécanisme inné de la Nature pour maintenir l’auto préservation et la perpétuation de l’espèce.

Au cas où vous désobéissez aux lois de la nature et que vous permettez aux matières toxiques de s’accumuler. Soyez heureux si votre corps possède assez d’énergie nerveuse pour vous forcer à arrêter vos activités. Alors, il suspend intelligemment votre appétit et vous force à conserver l’énergie nécessaire pour balayer les toxines.
Mais si vous soumettez vos problèmes à un médecin, c’est votre décision. D’un autre côté, vous pourrez aussi douter qu’il ne faille pas s’ingérer dans le nettoyage curatif de la Nature.

Conclusion
Est-il raisonnable de couper les sacs poubelles des tumeurs, ce qui remet les toxines dans le courant sanguin, les cellules et les tissus ?
N’est-ce pas mieux de s’abstenir de toute nourriture durant une certaines période afin de donner au corps une chance d’absorber et d’excréter leurs contenus ?
En effet, par le processus de l’autolyse le corps est capable de digérer les tumeurs, les dépôts et les effusions, tout en utilisant les éléments alimentaires qu’ils contiennent pour nourrir les composants vitaux de l’organisme.

Le jeûne est notre ami dans plus d’une situation.

Au lieu de porter notre attention sur les symptômes, nous devrions nous concentrer sur les causes et le terrain.
info issus  du site de Cru2vie.